Motivations

Pourquoi la Fondation FIER ?
Pour quelles raisons l’inclusion LGBT+ dans le sport et la culture est un sujet d’actualité qui nécessite une attention urgente de toutes et tous ?

"L'étrange" absence d'inclusion dans le sport de haut niveau

Citez un footballeur ouvertement homosexuel ? Votre mémoire flanche ? Citez alors un sportif professionnel homosexuel en activité. Le joueur toulousain de volley Ramon R. Martinez Gion ? Dommage, il est hollandais d’origine espagnole. La joueuse de tennis Amélie Mauresmo ? C’était il y a 20 ans, faites un effort…

Comment ne pas s’interroger sur l’absence flagrante de sportifs français de haut niveau en activité ayant fait son coming-out. Minoritaires certes mais bel et bien présents dans les stades et dans les gymnases, ces sportifs se taisent par contrainte. Une absence qui entretient et banalise l’homophobie environnante dans les mentalités des supporters, des spectateurs et de la population en général.

Le cas édifiant du Football

S’il y a un sport parmi les plus populaires et médiatisés, coutumier de faits homophobes la plupart du temps issu des tribunes mais pas que, c’est bien le football. Un sport où l’image du sportif professionnel est toujours soigneusement travaillée pour que virilité, force et performance résonnent à l’unisson comme si cette élite ne pouvait concerner une personne homosexuelle. Et pourtant n’en déplaise à certains et preuve de cette absurdité, parmi vos joueurs et joueuses préférés se cachent des homosexuels reclus au silence. Un silence reconnu par les plus grands joueurs eux-même dont certains témoignent et condament :
Antoine Griezmann qui témoignait en 2017 au sujet de l’homosexualité dans le football : « Je pense que dans le football, ce n’est pas habituel parce que nous faisons les durs et les forts. Et nous avons peur de ce qui pourrait se dire.« 
Olivier Giroud, plus récemment : « il est impossible d’afficher son homosexualité dans le football« . Le footballeur s’était déjà illustré dans une campagne de lutte contre l’homophobie dans le football.

Parce qu’il est impossible de nier l’impact de l’image transmise par les athlètes de haut niveau transmet aux plus jeunes, il est urgent que parmi ces stars du football et autres sports majeurs médiatisés puissent sortir du placard des sportifs homosexuels, véritables exemples dans la construction de ces jeunes, hétérosexuels comme homosexuels. Une visibilité qui permettra de lutter de paire contre le sentiment d’exclusion des pratiquants homosexuels et le manque de tolérance dans les clubs, mais aussi à combattre les actes homophobes. Une pierre majeure à l’édifice, accompagnée par une prise de conscience et la formation des encadrants sportifs (fédérations, ligues, clubs, entraîneurs et arbitres).

Homophobie ambiante

La France figure en effet parmi les pays les plus avancés dans le monde contre les discriminations au titre de l’orientation sexuelle ou l’identité de genre et pour l’égalité des personnes. Néanmoins, l’acceptation et le respect des personnes non hétérosexuelles ou cisgenres doivent encore progresser comme le prouve l’importance, voire la recrudescence des actes de haine envers les personnes LGBT+.
Dans le secteur de la culture et du sport, ces sujets restent souvent tabous. Or, les mouvements sportifs et culturels LGBT+ portent des valeurs d’inclusion, de participation et de dépassement de soi qui permettent de mieux vivre en société ensemble, de remettre en cause les préjugés et de créer des rôles modèles pour les plus jeunes et ils s’adressent à tous les publics.

Inciter partenaires publics et privés à s'investir

A ce jour, les partenaires privés sont encore trop rares à financer les initiatives culturelles et sportives LGBT+. Le but de la fondation est de permettre d’accompagner des projets soutenus parfois par la puissance publique et les collectivités locales, d’inciter des mécènes privés ou personnes morales à y participer et ainsi donner un rayonnement plus grand à ces initiatives originales.
Grâce à la gestion rigoureuse de Paris 2018, l’excédent financier a pu être réinvesti dans cette fondation unique en France et première source de financement privée à destination de la communauté LGBT+.
Dans ce contexte, il est souhaitable de mobiliser au mieux les associations qui pourraient proposer des projets originaux assurant davantage d’inclusion pour les personnes LGBT+. Bien évidemment, ce sont des projets ouverts au plus grand nombre sans discrimination, mais dont l’objectif est de permettre la visibilité et l’inclusion des personnes LGBT+ afin que l’égalité et le respect soient des valeurs communément partagées. C’est tout l’enjeu de cet appel à projets.

La sensibilisation aux problèmes d'inclusion LGBT+ dans le sport et la culture ne se résume pas aux gays et lesbiennes mais plus largement, aux personnes trans, aux personnes de couleur, aux personnes en situation de handicap et seniors, autant de minorités qui vivent une discrimination contre laquelle FIER souhaite apporter une réponse.

Quotidiennement, une multitude d'associations LGBT+ sportives et culturelles œuvrent pour que le respect, le partage, et le dépassement de soi demeurent les seules et véritables valeurs.

La Fondation FIER intervient à leurs côtés pour soutenir leurs actions .